• l'ANTHURIUM

    L’ANTHURIUM 

    Des papillons incarnats

    Aux antennes d’or

    Survolent la coupe verdoyante

     

    Papillons des Iles

    Ou de Colombie

    Papillons

    Non identifiés

     

     Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

    extrait de mon recueil HEURES BONHEURS FLEURS COULEURS (médaille d'argent des joutes littéraires de Bourgogne 2002)

     

     

    Un petit poème tout simple ! De la poésie contemporaine. Un petit air de fantaisie pour votre journée !

    l'ANTHURIUM

    Je pars tout à l'heure et suis fin prête, enfin presque ! Il faut charger la voiture : quel bazar ! devoir emmener tous les traitements pour les effets secondaires de chimiothérapie, les médicaments, et une bonne part d'alimentation sans gluten, car là-bas le magasin bio n'a pas grand chose.

    l'ANTHURIUM

    Je vous souhaite de belles journées. A bientôt

    Partager via Gmail

    9 commentaires
  • MEDITERRANEE

    MEDITERRANEE 

    Sur ton lit

    Je me laissais flotter

    En toi

    Je me croyais entrée

     

    Le sel et le soleil

    Léchaient ma peau

    Comme il est doux

    Ton mouvement discret

     

    Tes eaux berçantes

    Ont chaviré ma tête

    Je titubais

    Lorsque j’ai repris pieds

     

    Je t’appelais mon Amie

    Le sel et le soleil ont brûlé mes yeux

    De ta berceuse 

    Je dois donc me méfier

    Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

    extrait de mon recueil HEURES BONHEURS FLEURS COULEURS (médaille d'argent des joutes littéraires de Bourgogne 2002)

    MEDITERRANEE

    Vous connaissez, le revers de la médaille ? Eh bien oui, tous ces plaisirs, ces instants délicieux, au soleil sur la plage, ne sont pas sans répercussion ! Il faut être prudent : se protéger des brûlures sur la peau, des brûlures des yeux en portant des verres de soleil, bien s'hydrater et ne pas abuser...

    Personnellement le manque d'équilibre est accentué par ma maladie de l'oreille interne ; ainsi en me laissant bercer par le doux roulis de la méditerranée, je réunis les éléments pour tituber ensuite...

    MEDITERRANEE

    Quel dommage ! j'aime tellement la mer. C'est ce qui m'a empêché de me baigner dans la mer à Fréjus, car des galets énormes pour me déstabiliser déjà ; et des vagues. Oui, des vagues ! Ne venez pas me dire que la Méditerranée est morte ! Certes, elle a une vie beaucoup plus calme que l'océan, mais elle a  ses marées plus mesurées, ses agitations par temps perturbé !

    Vu mon état de santé, je ne pouvais pas prendre le risque. Par contre je me suis baignée dans le Verdon et c'était un délice, malgré une eau très froide. Une eau claire, pure, avec un mouvement perpétuel, des petites plages individuelles ombragées, et peu de monde. A cause de la chambre à chimio dans l'aine je n'ai pas le droit à la piscine (trop de miasmes, d'infections possibles).

    Cette mer je l'aime, on dirait qu'elle fait partie de moi...

     Voici une petite chercheuse d'étoiles (de mer)

    MEDITERRANEE

    Je pars demain, je n'aurai sans doute pas le temps de vous mettre un autre message. J'irai vous faire coucou à la médiathèque à chaque fois que possible.

    Bon mois d'août.

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • la grande bleue

    LA  GRANDE  BLEUE 

    Elle s’étend à perte de vue

    Et resplendit d'un bleu intense.

    Le premier coup d'œil

    A tendance

    A la confondre avec le ciel.

    Le regard

    Alors s'installe,

    En y découvrant l'essentiel.

     

    Là-bas,

    Un parachute semble flotter,

    Or en réalité, il est relié

    A un skieur nautique

    Qui, en alternance, soit s'envole ou bien se pose,

    Suivant la force momentanément la meilleure.

    On croirait un ballet,

    Une étonnante chose ! 

    Disséminés çà et là,

    Des voiliers

    Aux voiles tendues,

    Très colorées

    Semblent tranquillement se balancer.

    Des baigneurs, dans un endroit écarté,

    Choisissent de se laisser porter

    Par cette eau qui paraît peu animée.

     

    En s'approchant

    On peut distinguer alentour

    Des enfants qui, avec le sable, accroupis,

    Construisent des châteaux forts

    Et puis aussi des tours.

    Des gens sont allongés à même le sol,

    Abrités sous de larges parasols

       Bariolés de couleurs ou motifs fleuris. 

     

    Plus loin,

    Avancés de quelques pas dans l’eau,

    Il y a des personnes de toutes les tranches d'âges,

    Qui jouent au ballon, s'éclaboussent,

    Rient ou bien nagent.

    C'est une image de bonheur, un cadeau !

    On s'imagine être en un autre monde,

    Branchés à des milliers de longueurs d'ondes.

     

    Je ne pouvais plus y tenir ;

    Je m'enfonce dans l'eau, sans hésitation,

    Et, sur le dos,

    Je fais le papillon !

    Entraînée par cette mer bleue qui me porte,

    Et ce soleil radieux qui réconforte,

    Je n'ai plus envie

    De partir...

     

    La Méditerranée est comme un paradis.

    Entourée d’une ceinture de rochers,

    On la croirait

    Ceinte d’un bouclier.

    Que l'on soit assis sur le bord à l'admirer,

    Ou en son sein à se laisser flotter,

    Elle vous berce et de vos regrets

    Vous guérit.

                                                                                      

                                                  

    C'est une ensorceleuse !

    J'aspire à sa berceuse.

    Pouvoir passer

    Mes derniers jours

    A en contempler les contours.

    Chercher dans son aspect sauvage

    Le calme

    Et retrouver courage.

     

    Cela n'a rien

    D'un doux mirage,

                                                                       Je garde en mon coeur son image.                                                               

    Marie-Annick COLNOT (Primerose ) poème protégé par copyright

    la grande bleue

    Il y a très longtemps que j'ai écrit ce poème... J'aimerais bien m'y baigner encore...

    Passez une bonne journée.

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • EVE DE PROVENCE

    EVE DE PROVENCE 

    Le sentier

    Qu’ombrage les oliviers

    Serpente au cœur des vignes

     

    Il flotte

    Une pulpeuse

    Odeur de figues

     

    Par dessus les murets

    Des jardins en paliers

    Les branches des figuiers

    Me tendent leurs fruits charnus

     

    Ils sont trop hauts

    Pour que je les attrape 

    Pour un instant Eve de Provence 

    J’aimerais bien croquer la figue

    Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

    extrait de mon recueil HEURES BONHEURS FLEURS COULEURS (médaille d'argent des joutes littéraires de BOURGOGNE 2002)

    EVE DE PROVENCE

    Hum ce que ça sent bon les figues, en promenade dans les sentiers !

     

    La température extérieure a baissé et c'est un bonheur. Il fait une température très agréable et je vais pouvoir aller au marché sans être accablée. Si je trouve de beaux fruits à emporter en cure.

    Je vous embrasse

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • LE SENTIER OMBRAGE

    LE  SENTIER  OMBRAGE

    Les épis de lavande

    Tirent leur révérence

    A la rose éclatée,

    Aventurière

    Solitaire,

    Sous le soleil d’été.

     

     

    Leur généreux parfum,

    Aux senteurs de Provence,

    Délivre ses secrets

    Au promeneur paisible

    Recherchant la faveur

    Du sentier ombragé.

     

    Quelques paons du jour

    En parures colorées

    Sur les fleurs violacées

    Butinent

    Impassibles

    Les fécondes offrandes.

     

    Ils repartent enivrés

    Vers d’autres amours,

    Volettent

    Allègrement,

    Symbole de légèreté 

    Sous l’air chaud de juillet.

    Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

    (extrait de mon recueil HEURES BONHEURS FLEURS COULEURS médaille d'argent des joutes littéraires de Bourgogne 2002)

    LE SENTIER OMBRAGE

    Oh la la ! Que les sentiers ombragés sont agréables par ce soleil écrasant !

    Il semble que l'air s'allège un peu. Pourtant il n'a pas plu ici ; Peut-être quelque part dans les environs.

    Je vous souhaite une bonne journée, A demain.

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • LES ORS

    LES ORS 

    Le soir descend doucement

    Sur les plaines mordorées

    La moisson est finie

     

    Jolies balles dorées

    Gorgées de soleil

    Rayonnez

    Sur les champs dénudés

     

     

    Ors blonds, Ors chauds

    L’orpailleur est passé

    Vos fruits sont engrangés

    Votre odeur épicée

    De blés moissonnés

    M’enivre

     

     Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

    extrait de mon recueil HEURES BONHEURS FLEURS COULEURS (médaille d'argent des joutes littéraires de Bourgogne 2002

     

    J'ai voulu rester sur le thème de la moisson...

    LES ORS

    L'or est partout, dans la nature, et surtout dans les coeurs.

     

    L'or de MAURICE CAREME

    Il lui offrit un collier d'or.

    Elle voulut encor

    Des gants, des bas, des souliers d'or,

    Des robes et des manteaux d'or.

    A la fin, elle eut tout en or ;

    Sa vaisselle, son lit, ses clés,

    Ses tapis et jusqu'à la corde

    A pendre son linge aux fils d'or.

    Mais dans son corps,

    Ne battit plus qu'un coeur en or

    Insensible à tout, même à l'or.

    LES ORS

    C'est une autre vision de l'or ! Car lorsqu'il s'agit d'argent, de fortune, d'avidité, toutes les belles valeurs de l'or émanant de la lumière et de la magnificence de la nature s'envolent.

    C'est de la tristesse de voir cela !

    Bonne journée à vous tous.

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • AOUT EN COTE D'OR

    AOUT  EN  COTE  D’OR 

    Les blés

    Sont rentrés

    Ça sent la paille fraîchement roulée.

     

    De belles balles dorées

    S’éparpillent sur les champs déshabillés.

    Le soleil d’août patine leurs ors blonds

    Couleurs chaudes de la moisson.

     

    Les tournesols radieux

    Épanouissent leurs corolles dans le ciel bleu

    Qu’elles enluminent.

     

    Les forêts voisines

    Aux cent nuances verdoyantes

    Offrent fraîcheur et ombre bienfaisantes

    A l’abri des feux de l’été.

    Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

    extrait de mon recueil HEURES BONHEURS FLEURS COULEURS (médaille d'argent des joutes littéraires de Bourgogne 2002)

    AOUT EN COTE D'OR

    Un petit poème bien d'actualité ;

    Ici la moisson est finie ; même les champs de lavande ont été moissonnés.

     

    AOUT EN COTE D'OR

    La chaleur est de plus en plus intense et accablante. je n'ai guère dormi de la nuit : c'est de sa faute !

    A demain

     

     

    Partager via Gmail

    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires