• CHAUD CHAUD CACAO

    CHAUD CHAUD CACAO

    Les origines du cacao


    La culture des cacaoyers est très ancienne.
    Il semble que les Mayas les cultivaient déjà dès le Vème siècle. Ils servaient notamment à élaborer une boisson, ancêtre de notre chocolat. A cette époque, seuls les nobles pouvaient le consommer chez eux car le chocolat était une boisson sacrée aux multiples vertus.

    Les Aztèques connaissaient, eux aussi, les fèves de cacao et les utilisaient pour se confectionner une boisson à base de farine de maïs, de poivre et de piments. Mais ils utilisaient également les fèves comme monnaie et comme médicament contre les morsures de serpent.

    La légende du cacao

     

    Pour ces civilisations le cacao est symbole d'abondance à l'image de leur dieu Quetzalcóatl, le serpent à plumes.

    La légende raconte que Quetzalcóatl, dieu barbu au visage laid et à la tête longue, régnait sur la cité de Tula où s'étendait un jardin merveilleux. Il possédait de grandes richesses : de l'or, des maisons ornées de pierres précieuses, des oiseaux extraordinaires , des plumes somptueuses et aussi des arbres de cacao en abondance appelés « Cacahuaquahitl » dont il avait appris la culture au peuple.

    "Seigneur je t'apporte un breuvage qui est bon et qui enivre celui qui le boit; il t'attendrira le coeur, te guérira et te fera connaître la route de ton prochain voyage au pays où tu trouveras la jeunesse."

     

    Quetzalcóatl but la potion et perdit la tête. Il brûla ses maisons, enterra ses trésors dans la montagne et transforma ses cacaoyers en une espèce qui ne donnait ni fèves, ni fruits.

    La légende du cacao

     

    Il partit pour le pays où il pensait retrouver la jeunesse, en direction du soleil levant, vers l'est. Il embarqua, paré de plumes, sur un radeau fait de serpents entrelacés, en promettant de revenir un jour, lors d'une année placée sous le signe du roseau. Il reviendrait pour rapporter à son peuple tous les trésors du Paradis et apparaîtrait à l'endroit même d'où il était parti...

    En 1519, année placée sous le signe du roseau, alors que Moctezuma, roi des Aztèques, attendait avec impatience le retour de Quetzacoalt, des hommes débarquèrent en provenance du soleil levant, sur une plage peu éloignée de celle qu'avait emprunté Quetzalcóatl pour s'en aller.

    Les hommes étincelaient dans leurs armures semblables à des écailles de serpent, ils étaient coiffés de plumes et leur chef portait une barbe. Dans l'esprit de Moctezuma, il n'y avait aucun doute : c'était Quetzalcóatl ! Il lui fit bon accueil et lui remit son royaume.

    En réalité, l'homme à la barbe était Hernán Cortès.

    C'est ainsi qu'il se retrouva couvert d'or et à la tête de ce qui valait, pour les Aztèques, tous les trésors du monde : une plantation de cacaoyers.

    Hernán Cortès comprit très vite la valeur économique du cacao et fit envoyer, en 1524, une première cargaison de cacao à Charles Quint, souverain d'Espagne. Puis en 1528, il lui rapporta les fèves et les ingrédients nécessaires à la préparation de la boisson : de la cannelle, des grains de poivre, des clous de girofle, de la vanille, du musc et de l'eau de fleur d'oranger.

    La cour d'Espagne est subjuguée par cette boisson et refuse de dévoiler son existence au reste du monde, si bien qu'elle garde le cacao secret.

     

    Au Mexique, c'est un véritable engouement, les colons Espagnols du nouveau monde ne peuvent plus s'en passer et à Mexico s'ouvrent les premières "Chocolaterias".
    On y déguste des chocolats préparés avec divers épices : Cannelle, Anis, Vanille...

    En route pour conquérir le monde

    Lors de leur retour sur le vieux continent, en 1585, les Espagnols ne pouvant plus se passer de leur chocolat, le ramenèrent avec eux. Le chocolat sort ainsi du secret dans lequel la cour l'avait gardé. L'Espagne se passionne alors pour cette boisson et même l'Église déclare "Cette boisson délicieuse et utile, bien qu'on ne puisse nier qu'elle soit nourrissante, ne rompt pas plus le jeun que le vin ne le faisait".

    A cette époque la France ne connaissait pas encore le chocolat, c'est Anne d'Autriche, fille de Louis Philippe II d'Espagne, par son mariage avec Louis XIII, qui introduisit cette boisson à la cour de France en 1615.

    Plus tard c'est Marie Thérèse, femme de Louis XIV, qui imposera réellement le chocolat en France et la première chocolaterie s'ouvre en 1659 dans le quartier des Halles.

    Le premier chocolat à croquer est fabriqué pour la première fois à Londres en 1674 alors qu'en 1780, la première fabrique de chocolat est installée à Bayonne.

    Naissance d'une industrie

     

    Cependant en cette fin de XVIIIème siècle, le chocolat reste un produit de luxe (1Kg de chocolat = 4 jours de salaire d'un ouvrier). L'industrie chocolatière voit le jour au début de XIXème siècle avec par exemple en 1815 la première usine du Hollandais Van Houtten.
    En 1822, la culture du cacaoyer est lancée sur le continent africain, puis en Indonésie..
     

    CHAUD CHAUD CACAO

    LA FILIERE CACAO
    L'arbre  à chocolat
    Le chocolat est fabriqué à partir d'un arbuste de la famille des sterculiacées, le cacaoyer. Il aime la chaleur et l'humidité, et comme il a besoin d'ombre, on le cultive souvent sous les arbres plus grands.
    Plusieurs variétés de cacaoyer existent :
    le forastero : son arôme est fort ; il est le plus courant est représente 70 % de la production mondiale.
    le criolo, plus fin mais en déclin car il est peu résistant aux maladies.
    le trinitario : il est un croisement des deux premières variétés. Son arôme est fin.
     
    LE FRUIT DU CACAOYER : LA CABOSSE
    Le cacaoyer fleurit au bout de 2 ans ; il y a environ 10 fruits par arbre que l'on appelle des cabosses. Elles ont une forme ovale.
    A l'intérieur de celles-ci on trouve des graines que l'on fait sécher au soleil dans des feuilles de bananier. La fermentation et le séchage sont très importants pour obtenir un chocolat de qualité.
     Au bout de deux semaines ces fèves deviennent des fèves de cacao...
     
     
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    6
    Dimanche 3 Avril 2016 à 11:34

    Heureusement que le chocolat s'est démocratisé , sinon nous passerions à côté de ces bonnes choses.

    Et heureusement aussi qu'il  y avait des conquistadors  pour ramener tout cela !

    J'aime le chocolat sous toutes ses formes . C'est une belle histoire . Ta création est  parfaite pour illustrer ce sujet! Je pars mardi à Paris pour mon opération de l'oeil . Bisous

    5
    Samedi 2 Avril 2016 à 20:12

    Bonsoir chère Emma 

    Ton billet est fort intéressant .

    Je ne pensais pas que le chocolat pouvait être aussi cher au XVIII eek .

    Peu de personnes devaient en manger .

    C'est mon pêché mignon , je peux en manger une tablette dans soucis sarcastic.

    Mon beau-frère et belle-soeur sont arrivés ce midi avec une énorme boite de chocolat Léonidas , mes préférés happy

    Jolies tes créations , je pique un Léonidas de la première création wink2 

    Je te souhaite une excellente soirée 

    Gros bisous 

    4
    Bertille
    Samedi 2 Avril 2016 à 17:28

    Super ton petit reportage sur le cacao !!!!

    J'ai mis tout ceci de côté .

    Je viens justement d'en boire une grande tasse, ce qui m'a réchauffé car le temps n'est pas trop beau.

    Aujourd'hui 10°seulement, pas de pluie alors on ne se plaint pas.

    Tes créations sont très réussies, j'adore la robe en chocolat et je me dis que si j'en avais une......

    je serai vite nue !!!!!!! 

    Bonne fin de journée ma douce Emma gros bisous doux 

     

    3
    Samedi 2 Avril 2016 à 13:43

    tiens une idee,je vais m'en faire un!Il fait beau et je pars marcher malgre la bronchite!Marre deja 2 semaines.

    Bisous

    2
    Samedi 2 Avril 2016 à 13:25

    quand il fait très froid, il m'arrive de boire un bon chocolat chaud, mais que je fais moi-même, car ceux des pâtisseries ou restau ne sont plus ce qu'ils étaient, j'ai comme l'impression parfois qu'il y a plus d'eau que de lait. Super article bon week end

    1
    Yachou
    Samedi 2 Avril 2016 à 11:56

    Bonjour ma Rose,

     

    merci pour ce beau partage.. tes magnifiques créations en rapport le cacao..très instructif.

    Je te souhaite un bon week-end, et t'embrasse très fort.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :