• LE PAPE

    LE PAPE

     

    Un magnifique poème envoyé par Bertille. C'est si beau que je n'ai rien à ajouter à cela, sauf vous souhaiter une excellente journée.

    Le Papé 

       Il se tenait assis tout au bout de la table 
     
     Et nous impatientait souvent par sa lenteur. 
     
     On le voyait si vieux, si courbé, pitoyable, 
     
     Que l’ amour peu à peu cédait à la rancœur. 
      
     
     Je le suivais partout ! C’était là, dans ma tête ! 
     
     Il me suivait des yeux lorsque je travaillais, 
     
     Proposait de m’aider, maladroit, l’air tout bête ! 
     
     Il gênait nos projets, notre vie, le papé ! 
      
     
     Au bout de quelques temps, prétextant les vacances, 
     
     Je le menais plus haut, au flanc du Luberon 
     
     «Tu seras bien là-bas. Tu verras la Durance 
     
     Du haut de la terrasse de la grande maison. » 
      
     
     Ces maisons-là, papé, sont faites pour les vieux. 
     
     Regarde comme ils semblent bien, ils ont l’air très heureux ! » 
     
     « Comme tu veux, petite, si c’est pour ton bien-être. 
     
     Monte de temps en temps, le dimanche peut être ? » 
      
     
     Je l’ai laissé tout seul, vivement, pas très fière. 
     
     L’air était encore chaud, pourtant je frissonnais, 
     
     Et le chant des oiseaux voletant sur le lierre 
     
     Me disait doucement : « Qu’as-tu fait du papé ? » 
      
     
     Les jours se succédaient, je cherchais la quiétude 
     
     Le travail me prenait, j’essayais d’oublier, 
     
     De noyer mes regrets au fil des habitudes, 
     
     Les souvenirs d’antan rappelaient le papé. 
      
     
     Même dans le mistral qui rasait la garrigue 
     
     Pour venir s’écraser au butoir de la digue 
     
     J’ entendais cette voix qui ne cessait jamais 
     
     De dire à mon oreille : « qu’as-tu fait du papé ? » 
      
     
     Chaque brin de lavande, de thym, de romarin,  
     
     Me reprochait sans fin l’absence de l’aïeul. 
     
     Le murmure des sources dans le petit matin 
     
     Chantait sur mon cœur lourd des cantiques de deuil. 
      
     
     Le remord lentement s’installait dans ma vie. 
     
     Je revenais m’asseoir où il s’était assis, 
     
     Sur le banc de vieux bois, près du puits, sous le chêne, 
     
     Et je laissais errer mes pensées sur la plaine. 
      
     
     Alors, je l’ai revu, avant, lorsqu’il marchait 
     
     Jusqu’au seuil de l’école, pour venir me chercher. 
     
     Je sautais dans ses bras, je l’embrassais, tout doux, 
     
     Et nichais tendrement ma tête sur son cou. 
      
     
     Il me portait un peu, puis, ma main dans sa main, 
     
     Il ajustait son pas pour bien suivre le mien. 
     
     Il m’expliquait les bois, les cabris, les moutons, 
     
     Les abeilles dorées et les beaux papillons. 
       

     Il cueillait aux buissons des réserves de mûres

       Et m’ offrait les plus grosses comme un présent de choix. 
     
     Il riait bruyamment en voyant ma figure 

       Barbouillée des reliefs de ce festin de roi. 
      
     
     Le soir près de mon lit, il venait me bercer 
     
     De chansons provençales, d’histoires de bergers. 
     
     Je m’endormais heureuse de sa chaude présence, 
     
     Pleine de rêverie, d’amour, de confiance. 
      
     
     Au long des souvenirs, mon cœur plein de pitié 
      
    A trouvé le repos. J’ai repris le sentier 
     
     Pour revenir tout droit à la grande maison. 
     
     Retrouver le papé, lui demander pardon. 
      
     
     J’ai pris tout simplement sa main, sans rien lui dire. 
     
     Une larme brillait au milieu du sourire. 
     
     Et c’est moi, cette fois, tout au long du chemin 
     
     Qui ajustais mon pas, pour bien suivre le sien. 
      
     
     Un papé c’est précieux, c’est tant de souvenirs ! 
     
     Si vous en avez un, jusqu’au bout de vos jours, 
     
     Gardez-le près de vous. Quand il devra mourir, 
     
     Vous fermerez ses yeux dans un geste d’amour. 
      
     
     Aujourd’ hui, par hasard, si le chant des cigales 
     
     Me pose la question tant de fois redoutée, 
      
    Je peux, le cœur tranquille, en digne Provençale

     Répondre fièrement : « il est là, le papé » 

     

     

     

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    13
    Lundi 23 Juillet à 15:07

    Ma douce , je voulais venir laisser un petit mot pour ce texte qui me parle beaucoup ! hélas, c'est avec un peu de retard  que je viens , car les orages ont cramé la livebox et le boitier fibre . c'est réglé, , c'est changé ! J'aime énormément ce texte , le lire et le relire ... il me rappelle mon grand père , lui que j'aimais tant , et avec qui , enfant , je n'ai pas toujours été raisonnable . pourtant il avait des gestes tendres et savait écouter .... c'est auprès de lui que j'ai grandit , c'est dans ses bras aussi que j'ai pleuré . Il comprenait tout , sans mot dire . Ce texte est vraiment magnifique . Il me ramène également aux livres que je lisais il y a quelques années , de Christian Signol, ou Jean Anglade , ou Françoise Bourdon ...

    Des romans superbes, vrais, tendres et triste à la fois , comme la vie , et comme ce beau poème .

    Merci de ce généreux partage . 

    gros bisous ma douce Rose . 

    kathynette  

    12
    Vendredi 20 Juillet à 10:25

    bonjour ma Rose tu vas bien j'espere

    ce poeme je l'adore il est trop beau

    il a fait de l'orage cette nuit , ce matin on est mieux

    passes une douce journée et un bon week-end

    gros bisous Elyci

    11
    Jeudi 19 Juillet à 20:42

    très joli poème avec des phrases très touchantes

    bon vendredi

    10
    Jeudi 19 Juillet à 17:30

    bonsoir      , as tu passé un bon jeudi ? moi calme et sans sortie il fait trop lourd, ici le temps est orageux , bonne soirée et bon vendredi .. bisous ..Anna

    9
    Jeudi 19 Juillet à 09:17

    bonjour ma Rose oh que j'aime ce Papé

    c'est beau et si bien ecrit

    tu vas bien ma douce ce matin

    belle journée gros bisous

    Elyci

    8
    Jeudi 19 Juillet à 08:59

    Résultat de recherche d'images pour "image bon jeudi animée"

    bonjour primerose 

    en lisant ce beau poéme 

    j'ai les larmes aux yeux 

    pas trop chaud ? a cette heure il fait déja bien chaud 

    prends bien soin de toi 

    gros bisous 

    7
    Mercredi 18 Juillet à 21:13

    bonsoir ma belle ,mon dieu que c'est beau , j'en ai les larmes aux yeux  , une bonne nouvelle ce jour , mon fils a décroché un CDI en septembre , après 2 ans en CDD, dans la même usine , chaleur encore aujourd'hui , mais les orages arrivent , bonne soirée , bisous

    6
    Mercredi 18 Juillet à 19:15

    Bonjour Primeros

    Très belle création et beau poème

    Moi je suis un peu moins présente...

    Je te souhaite une belle journée, bisou

    5
    Mercredi 18 Juillet à 18:21

    bonsoir       , as  tu passé un bon mercredi  ? le mien calme et sans sortie , ici soleil  et chaleur , bonne soirée et bon jeudi .. bisous ..Anna

    4
    Mercredi 18 Juillet à 18:09

    Bonsoir Primerose,

    Un bien joli et émouvant poème.

    Bonne soirée. Mamyariane15

    3
    Mercredi 18 Juillet à 17:06

    C'est si vrai ce poème ,si prenant que j'ai regretté de ne pas avoir de papé!

    Bisous

    2
    Mercredi 18 Juillet à 14:04

    Bonjour chère Emma 

    C'est un pur bonheur à lire , ce poème est vraiment très beau , j'aime beaucoup.

    Je te souhaite un très bon après-midi.

    Prend bien soin de toi 

    Gros bisous

    1
    Mercredi 18 Juillet à 10:57

    Une vraie merveille ce poème qui me met les larmes aux yeux ! Oui, il n'y a rien à ajouter ! Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :