•  

    souvenir...

    encore un poème tiré de mon tiroir perso...

    PARRAIN

    PARRAIN 

    Quel grand bonheur, à chaque fois, de le revoir,

    Ses yeux emplis de joie plissés

    Sur son sourire plein de bonté.

    De mon amour d’enfant toujours auréolé,

    Ce doux héros de mon enfance délaissée.

     

     

    Lui à qui j’ai attribué tous les pouvoirs

    Lorsque, petite fille attristée,

    Pour m’enfuir de mes peines je rêvais.

    Au milieu de certaines longues journées,

    Sans l’expliquer, je savais qu’il viendrait !

     

     

    C’était l’air du dehors qui entrait !

    Plus fort que tout, à croire qu’il savait !

    Alors toute tristesse s’envolait.

    Je m’en souviens encore, il souriait.

    Comment décrire ces heures merveilleuses ?

     

     

    Et mon amour va aussi à Renée,

    D’ailleurs, Je l’appelais marraine,

    Qui d’aussi loin qu’il m’en souvienne,

    Pas une seule fois n’aurait voulu manquer

    De venir avec lui me rendre heureuse.

     

     

    Est-il besoin de leur dire merci ?

    A tous les deux, c’est vrai, mon cœur sourit.

    Encore mille fois les regarder

    Vivre sereins de longues années.

     

     Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

     

    Dans l'enfance, nous idéalisons tous plus ou moins une personne particulière.

    Mon parrain est parti depuis déjà de nombreuses années, son épouse en maison de retraite vit mal ce transfert de demeure.

    Mon parrain était l'un de mes cousins germains. Je n'aurais jamais voulu d'autre Parrain. J'ai été gâtée par sa présence et ses attentions.

     

    Je vous souhaite une bonne journée

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Je le ressors, ce poème de mes petites archives... Le Don du sang c'est important ! Pensez-y, si vous êtes en état de le faire. Vous avez le pouvoir de sauver des vies

    PERLES DE VIE - LE DON DU SANG

    PERLES DE VIE 

    Une goutte de sang

    C’est une perle ;

    Perle précieuse,

    Sève de vie.

     

    Elle rutile

    Rouge ardent,

    Eclatant,

    Couleur de vie.

     

    Un bocal de sang

    C’est un don

    Utile et bienfaisant ;

    Ferment de vie.

     

    Donner son sang

    C’est un acte généreux,

    Responsable, altruiste ;

    C’est ... sauver une vie. 

    Marie-Annick COLNOT (Primerose) 

     

    S

     

    Je vous souhaite à tous une bonne journée

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Un souvenir de 14 juillet

    14 JUILLET A DIJON 

    Pluie astrale

    Gerbes étincelantes

    Ciel zébré

    D’éclairs fulgurants

     

    Nuit de Noël en juillet

    Telle un sapin enguirlandé

    Illuminé d’étoiles pétillantes

     

    Lampion gigantesque

    Geyser de poudre d’or

    Florissimo éblouissant

    Feu d’artifice époustouflant

     

     Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

     

    Je ressors mes petits poèmes que je ne savais pas où classer, donc groupés dans un dossier divers.

    Après tout, ils en valent bien d'autres.

    Amusez vous ce soir ou demain pour cette fête nationale.

    Pour finir je ne pars que demain.

    A bientôt

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • Une ballade,

    Une ballade, un souvenir

    LA BALLADE DE LOLITA 

    De ballade en ballade

    Tu nous promènes

    Au pays

    Des gens heureux

     

    Un p’tit coin d’paradis

    S’illumine

    Quand tu chantes

    Sur tes rimes

    Normandes

     

    Avec LENORMAND

    Tu rêves aux jours d’antan

    Sur les accords effrénés

    D’une guitare démente

     

    Vaches normandes

    Noires et blanches

    Brunes et blanches

    Peu nous importe la couleur

    Tes refrains nous enchantent

     

    C’est pas ta faute

    Si quand tu te sublimes

    En chantant LOLITA

    Tu vaux bien à nos yeux

    FABIAN OU SEGARA

     

    On se prend à ton  jeu

    Ta voix juste et rythmée

    Aurait place sous le ciel d’OLYMPIA

     

    Du temps de TRENET

    Tu aurais mérité

    Le nom de Belle qui fait danser

    Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

     

    Un souvenir : souvent l'on donne beaucoup et offre toute notre gentillesse pour ne recevoir que des coups d'épée dans le dos.

    Les souvenirs c'est cela aussi ; il ne faut pas les effacer mais au contraire s'en servir pour devenir meilleur, et ne pas reproduire les erreurs.

    J'ai donné le meilleur, je n'en ai pas été récompensée, mais je ne regrette rien. J'ai été moi-même tout simplement, sans rien calculer, et sans doute recommencerais-je si cela était à refaire.

    Mon seul regret c'est l'amour inconditionnel d'enfants, amour que l'on m'a volé. Je fonds toujours devant les enfants, et ils me le rendent bien, le plus souvent. Et çela, c'est le plus beau des cadeaux.

     

     

     

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Un bouquet

    UN BOUQUET 

    Des blés

    Pour te porter bonheur

    Des fleurs

    Pour faire chanter ton cœur

     

    Une blanche marguerite

    Pour que tendrement tu l’effeuilles

    En rêvant aux moments insolites

    Bien blottis au fond de tes prunelles

    Un bouquet

    Empli de senteurs

    Un bouquet

    Plein de bonne humeur

     

    Ce poème

    Pour effacer tes peines

    Ce doux chant

    Pour te dire je t’aime 

     

    Marie-Annick Colnot (Primerose)poème protégé par copyright

     

    Un bouquet

    Il faut de beaux bouquets pour charmer le coeur. Un bouquet des champs ferait très bien l'affaire, tellement pur et éclatant...

    Bonne journée

    Partager via Gmail

    7 commentaires
  • VIEUX LOUP 

    Comme un loup dans son antre

    Il craint qu’une autre bête n’entre

    Ne dérange son gros ventre

    Etalé dans la soupente

     

    Il renifle tel un chien

    Jaloux de tous ses riens

    Prêt à mordre le vaurien

    Ou son enfant qui revient

     

    S’il hasarde les chemins

    C’est pour guigner les malins

    Calculer le prix de revient

    De ce qu’il appelle son terrain

     

    Pauvre miteux et vilain

    Le fantôme qui se plaint

    Loup garou ou vieux fou

    Sans amour même le sien 

     

    Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

     

    Bien sûr, bien sûr, un être humain et son comportement m'ont inspiré ce poème. Comment une personne peut-elle devenir pareille ? 

    Douleurs et manques dans l'enfance ? Ou est-ce sa nature tout simplement ?

    Ils font, eux aussi, du mal à leurs enfants...

    Bonne journée

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • parfois

    Rassurez-vous, ce poème fait partie de mon oeuvre. A ce titre il doit apparaître ici, mais il n'a rien à voir avec quelconque événement de ce jour, ou d'un fait récent. C'était et c'est une constatation de ce que nous rencontrons dans la vie. Les autres n'aiment pas qu'on partage nos tristesses... Moi, j'affirme que si on doit partager les joies, on se doit également de partager les désarrois.

    Sinon, on ne parle pas d'amitié...

    TRISTESSE 

    Si l‘on doit toujours taire ses tristesses

    Qu’il est interdit de parler de sa détresse

    S’il est imposé de feindre l’ivresse

    D’avoir chaque jour le cœur en liesse

     

    C’est sans doute qu’il ne reste que des fresques

    Plus de tendresse ni de hardiesse

    Nécessaires à juguler les faiblesses

    A conjurer les sortilèges grotesques

     

    Qu’on renonce enfin à tenter Madame la mort

    Je ne suis qu’une pauvre âme blessée qui se tord

    A toujours chercher au fond des cœurs les trésors

    Et sans cesse tenir tête aux mauvais sorts

    Est-ce possible si vous m’imposez le mors

     

    Et voilà que je m’enfuie au dehors

    Refusant d’entendre les gémissements retors

    J’en ai fini d’attendre les renforts

    Je voudrais être sourde et ne plus jamais voir

    Que l’azur tout en or 

    Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

    L'amitié, c'est vrai, c'est pouvoir confier aussi bien ses peines que ses joies...

    Si je n'ai pas aujourd'hui de grandes joies récentes à partager, je n'ai pas non plus de peines particulières... A peine, juste quelques soucis à régler.

    Ce qui n'est pas évident avec les organismes. j'attends toujours que Direct Energie me donne des explications par rapport à l'augmentation de mes prélèvements. 1ère réponse vous avez consommé beaucoup plus ; !!! Vérification faite, j'ai utilisé exactement le même que l'an dernier à la même période...

    On m'a promis de revoir et de me donner des explications. J'attends encore. C'est usant...

    Mais il va falloir qu'ils se bougent. On ne va pas m'augmenter mes prélèvements de 30 % sans raison aucune !

    Y a du foutoir mes amis...

    Bon, à part ça le soleil brille, ou brillera, peu importe...

    Je vous souhaite une bonne journée

     

     

     

    Partager via Gmail

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique