• L'ETAT C'EST MOI

    Qui a dit l'Etat c'est moi ?

    On reproche parfois à Louis XIV d'avoir proclamé au parlement de Paris : "L'Etat c'est moi".

    Mais en 1655, le Monarque n'est âgé que de 17 ans seulement. 

    Le Cardinal Mazarin exerce alors la réalité du Pouvoir.

    En outre, cette citation a été rapportée par un historien en 1847, près de deux siècles plus tard, et sans source.

    En fait, Louis XIV représente bien l'état pendant son règne personnel à partir de 1661. Mais il considère sa propre personne comme distincte du royaume.

    En 1715, à l'agonie, il prononce en effet ces mots : "Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours".

    Donc le contraire de cette rumeur répandue en 1847...

     

    C'est vrai que ce soit hier, aujourd’hui ou demain, il sera toujours facile de faire dire aux gens ce qu'ils n'ont pas dit.

    Et ce qu'on ne sait pas, on l'invente. On écrit la vie des autres à leur propre détriment.

    Combien d'entre-nous ont subi aussi cette situation ?

     

    Ce matin il fait un peu moins froid,à cette heure-ci 3°.

    Provence a des températures basses aussi parfois. Hier nous avions 0.

    Bien sûr dans la journée, il fait meilleur... L'humidité se sent pourtant, et dans les jours prochains elle sera palpable avec des températures qui s'adoucissent.

    Je vous souhaite une bonne journée

    Partager via Gmail

    7 commentaires
  • recettes de Français

    Petite devinette

    Qu'est-ce qu'un archaïsme

    C'est une tournure de langage ou un emploi lexical qui n'est plus en usage. Par exemple, le mot goupil, utilisé à la place de renard.

    L'archaïsme qui doit son nom au latin archaismos, de même sens, peut être utilisé volontairement, par effet de style.

    Son opposé est le néologisme

     

    MEMO

    Savoir distinguer la et là

    Article ou adverbe de lieu ?

    Pour ne plus faire l'erreur, une astuce :

    seul "là" peut être remplacé par"ici".

    -:-:-:-:-

    Je suis rentrée de mon rdv en espérant en tirer du bienfait. Pour le moment, je vais aller me reposer.

    Que votre journée se poursuive bien.

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • toujours musique

    Hier j'ai revu l'ostéopathe. Merci Yannick, quelle patience et je me sens mieux. pour combien de temps je ne sais pas, mais ce qui est pris, est pris. Demain c'est à l'institut contre le cancer rendez-vous avec le médecin contre la douleur qui me fera de l'acupuncture.

    Ce qui fait que je cours toujours pour des choses dont nous nous passerions bien mais qui m'aident à vivre un peu mieux. alors merci.

    -:-:-:-:-

    On reprend les formes musicales :

    LA CANTATE, la plus courue

    Cette belle Italienne est une poésie lyrique écrite pour être mise en musique et chantée. N&e au XVIIe siècle, la cantate (du latin cantare, chanter) s'appuie sur des textes historiques mythologiques ou dévotionnels. 

    En France, la cantate de chambre  apparaît au début du XVIIIe siècle avec des compositeurs comme  Jean-Baptiste Morin, Nicolas Bernier, Jean-Philippe Rameau et, surtout, Louis-Nicolas Clérambault. Elle séduit également les musiciens amateurs.

    La cantate religieuse s'épanouit en terre germanique chez de nombreux compositeurs, dont Jean-Sébastien Bach qui en compose plus de 200. Moins aimée dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, elle devient plus officielle. Felix Mendelsson, et Dimitri Chostakovitch prennent des libertés avec elle. Le premier la combine à une symphonie et e second intitule sa cantate : symphonie n°13.

     

    LA FUGUE plutôt complexe

    De l'italien fuga (fuite), elle se fonde sur le principe de l'imitation d'une phrase ou d'un thème et de la succession des voix. Depuis le XVIIe siècle , elle se compose de trois parties : l'exposé du sujet, le développement et la conclusion. 

    C'est la plus complexe des formes polyphoniques occidentales, dont le symbole est Jean-Sébastien Bach. 

    Ma liste se terminera ici, je trouve agréable d'approfondir un peu nos connaissances en ce domaine, lorsque nous sommes proches de la musique...

    Pour d'autres ce seront d'autres domaines qui intéresseront.

    Bonne journée mes amis

    Partager via Gmail

    13 commentaires
  • Et vous, vous en pensez quoi

    J'ai voulu regarder les sélections de l'eurovision, même si comme d'habitude, je me suis effondrée et endormie, j'en ai vu assez, et j'ai complété en regardant le replay le lendemain matin.

    Il y a vraiment de belles voix, mais il fallait bien choisir. Dans l'ensemble les bons ont été sélectionnées pour cette première demi-finale, mais cependant, bien qu'adorant Lissandro, je pense qu'il n'aura pas la chance de tout percer. Il manque quelque chose. Il faudrait qu'il occupe l'espace plus et je n'ai pas bien compris les paroles, mais...

    J'ai été séduite par Malo. Au début on se dit bof... Mais le feu s'allume ensuite, et ce garçon propose vraiment quelque chose de différent, de beau et il occupe admirablement l'espace. Ce n'est que mon avis !

    Vous pouvez voir les 3 autres qualifiés sur

    httphttp://www.20minutes.fr/television/2200583-20180113-destination-eurovision-quatre-premiers-qualifies-finale://www.20minutes.fr/television/2200583-20180113-destination-eurovision-quatre-premiers-qualifies-finale

    "Paroles de Ciao par Malo'"

    Hé, oh, assis là en solo
    Perdu dans mon piano
    Où glissent nos sentiments
    Loin sans adieu ni câlin, toi
    Partie pour toujours
    Je loverai cet écrin

    Un besoin de m’exiler
    De laisser tout s’envoler

    Ciao, baby, now rock it out with him
    Ciao, honey, it breaks my heart, really

    Hé, oh, assis là en solo
    Là, mon plus bel écho
    S’envole et lie nos vents
    La fin d’un refrain, d’un chemin
    Scelle ce tombeau et
    M’éloigne de nos printemps

    Un besoin de m’exiler

    De laisser tout s'envoler

     

    Ciao, baby, now rock it out with him
    Ciao, honey, it breaks my heart, really

     

    Hé, oh, assis là en solo

    Là, mon plus bel écho

    S'envole et lie nos vents

    La fin d'un refrain, d'un chemin

    Scelle ce tombeau et 

    M'éloigne de nos printemps

     

    Un besoin de m'exiler

    De laisser tout s'envoler

     

    Ciao, baby, now rock it out with him
    Ciao, honey, it breaks my heart, really

     

    Mon dieu, je t'ai aimée



    https://spinlyrics.com/song/malo-ciao-lyrics-fe28

    Exprimez-vous.

     

    -:-:-:-:-:-

    Et puisque nous sommes dans la musique, je continue avec formes musicales pas si classiques que ça :

    LA SONATE en perpétuelle évolution

    Apparu à la fin du XVIe siècle, le terme sonate vient de l'italien sonare -jouer d'un instrument à cordes ou à vent- par opposition à cantare réservé à la voix et toccare aux claviers.

    Dès le début du XVIIe siècle, les compositeurs italiens l'intègrent à leur répertoire.

    Vers 1700, à l'époque de Vivaldi, la sonate alterne temps vifs et temps lents sur 3 mouvements. 

    Après avoir disparu au XXe siècle, revisités par Poulenc, en FranceProkofiev en Russie.

     

    La suite demain, si mes activités (rdv médical etc) m'en laissent le temps.

    Bonne journée

    Partager via Gmail

    15 commentaires
  •  

    La musique ça vous chante ?

    Essayons de décoder les formes musicales pas si classiques que ça !

    LE REQUIEM POUR LA PAIX

    Il désigne une prière pour les morts dès 1277, avant d'être employé en 1378 pour nommer une messe puis, à partir  de 1810, une musique composée sur les textes latins de l'office des morts.

    Du latin"requies"- repos ou paix-, le requiem fait dorénavant référence à une messe des morts qui a lieu avant un enterrement ou lors d'une cérémonie du souvenir, mise en musique en partie ou dans sa totalité.

    Parmi les plus beaux requiem, à noter ceux de Mozart, Berlioz, Verdi, Saint Saëns, Fauré, Cimarosa, Hasse, ou Charpentier avec sa messe des morts à quatre voix.

     

    L'ORATORIO, sorte de dialogue

    FRUIT D'une réflexion sur la cantate, il contient les mêmes éléments, mais laisse une place plus importante à l'orchestre. 

    D'origine italienne, le terme s'emploie depuis 1640. L'oratorio est né dans les oratoires romains de Philippe Néri, Santa Maria in Vallicella et San Girolamo della Carità. 

    Cette oeuvre lyrique, composée sur un sujet sacré, s'exécute sans décorations ni costumes et se compose d'un dialogue entre les choeurs, les arias et les récitatifs. Musique improvisée à ses débuts, la forme évolue en dramatisant le texte original par l'introduction d'un narrateur et de répétitions des parties solistes, de combinaisons vocales et instrumentales.

    -:-:-:-:-

    Je vous propose d'autres formes lundi.

    En attendant je vous souhaite un excellent weekend avec un rayon de soleil si le ciel le veut.

     

    Partager via Gmail

    13 commentaires
  • Un surnom

    J'ai passé une meilleure nuit et ce matin je souffre un peu moins...

    Aujourd'hui je vous parle de :

    LOUISE LABE / La belle cordière

    Fille et épouse de fabricant de cordes, Louise Labé ne pouvait qu'être surnommée la Belle Cordière !

    Cette poétesse Lyonnaise née vers 1524 mène une vie aussi mystérieuse qu'aventureuse. Elle aurait combattu en 1524, au côté de son amant à Perpignan, puis participé à un tournoi avec le roi Henri II. 

    A Lyon, elle réunit un cercle littéraire fréquenté par Maurice Scève, figure majeure de la Renaissance.

    A la trentaine en 1555, Louise publie ses poèmes ainsi qu'un débat entre la folie et l'amour. Elle revendique le droit des femmes à égaler les hommes, souhaitant "élever un peu leur esprit par-dessus leurs quenouilles."

    Le livre connaît un tel succès que certains soupçonnent une mystification. Un homme est forcément l'auteur de ce chef-d'oeuvre ! 

    La belle cordière disparaît une dizaine d'années plus tard dans la discrétion.

    -:-:-:-:- 

    Vous le voyez ! Quel courage, quelle détermination chez ce petit bout de femme ! Et bien entendu, à l'époque, impossible qu'une femme  soit capable de chefs d'oeuvre ! Pauvres hommes, vous vous êtes tellement souvent comportés en "tout-petits" en vous croyant au dessus de la femme à cause de votre quenouille ! De nos jours ça va mieux, et pourtant, cela reste encore dans certains esprits une certitude, tellement de mauvaise foi...

     

    J'ai bien ri en lisant qu'elle voulait élever "un peu" les hommes au dessus de leurs quenouilles ! Très belle expression imagée, à retenir...

    Messieurs ne me faîtes pas la tête, svp, je sais quand même que de grands et larges esprits vivent en beaucoup de vous.

    Cependant, l'histoire de Louise Labé valait vraiment la peine d'être contée.

    -:-:-:-:-

    Poème Je vis, je meurs

     
    Je vis, je meurs dans l'édition de 1556

    Ce poème figure dans le recueil Les Élégies et sonnets publié en 1555 et qui comprend notamment 24 sonnets.

    Sonnet VIII

    Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
    J'ai chaud extrême en endurant froidure :
    La vie m'est et trop molle et trop dure.
    J'ai grands ennuis entremêlés de joie.

    Tout à un coup je ris et je larmoie,
    Et en plaisir maint grief tourment j'endure ;
    Mon bien s'en va, et à jamais il dure ;
    Tout en un coup je sèche et je verdoie.

    Ainsi Amour inconstamment me mène ;
    Et, quand je pense avoir plus de douleur,
    Sans y penser je me trouve hors de peine.

    Puis, quand je crois ma joie être certaine,
    Et être au haut de mon désiré heur,
    Il me remet en mon premier malheur.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Louise_Lab%C3%A9

     

     

    -:-:-:-:-

     

     

    Partager via Gmail

    7 commentaires
  • dur dur

    La dernière partie de ma nuit a été pénible ! 

    Cauchemars... Incroyable encore tout ce que le cerveau peut brasser et mélanger.

    Pour finir, je me suis levée en colère. En colère contre cette maladie. Les derniers mots de ce cauchemar étaient, mais qu'est-ce que j'en ai à foutre de vivre encore trois ans dans ces conditions là, avec toute cette souffrance...

    En fait, c'est le plus réel que j'ai relevé de ce cauchemar, cela reflète bien ce que je ressens. Cette lassitude de la souffrance terrible à supporter chaque jour... Ah si tout était bien, on s'endormirait le moment venu, sans subir autant de méfaits. Mais voilà, tout n'est pas bien, rien n'est comme on le voudrait. Entre mon désir de profiter encore de mes amours, et la sensation de fin qui m'habite, c'est difficile...

    Pour le reste ce cauchemar racontait des choses ridicules et impossibles, qui elles aussi amenaient un air de colère dans mon esprit.

    Si on pouvait tout comprendre. Tout cela a-t-il du sens ?

     

    Le MOT PLAISIR

    PAIX

    Elle est un idéal que beaucoup poursuivent. Pour les Romains, la pax ne s'obtenait qu'en "signant une convention entre deux parties belligérantes".

    Ce qui en résulte se nommait alors l'otium, ou "temps de repos".

     

    Passez une bonne journée

    Partager via Gmail

    15 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires