• LA ROSE ET LE MIMOSA

    Je vous rappelle que je ne fais que répertorier mes poèmes sur le sujet... De toute façon, dans mon état, on ne peut guère faire autrement que d'y penser, sans dramatiser... Et puis ça n'a jamais fait mourir d'en parler...

    LA ROSE ET LE MIMOSA 

    Il sera trop tard

    Quand je serai morte

    Pour m’offrir des fleurs

     

    Mes cendres s’envoleront

    Comme

    Des papillons d’argent

     

    Enfin

    Je serai libre

    Et je pourrai voler

     

    Le vent m’entraînera

    Et me déposera

    Sur les sols embaumés

    Par la rose et le mimosa

     

    Aux moments les plus doux

    Je serai là, à vos côtés

    Et vous sentirez

    Leur parfum

     

    Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

    Bonne journée

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • Ouvre la porte

    Ouvre la porte

    Larmes qui coulent

    Témoins de la douleur,

    Les mots qui roulent

    Sur le sentier des pleurs.

     

    Ange de la douceur

    Protège-nous de cette houle

    Qui dévaste nos cœurs,

    Comme une ravageante foule.

     

    Ouvre la porte

    A notre voyageur.

    Sois son escorte

    Au paradis, ailleurs…

     

    Si tu l’emportes

    Que cela soit sans heurts,

    Ouvre la porte

    A notre voyageur.

     

    Marie-Annick COLNOT poème protégé par copyright

     

    A chaque moment que nous avons vécu, où il a fallu laisser s'en aller les êtres chers.

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • combien de fois

     

    L’AUTRE RIVE

     

    Sur tes nombreux parcours,

     Combien de fois, un peu perdue

    Au trajet de tes jours,

    As-tu frémi de joie, émue,

    Exulté avec nos bonheurs,

    Trébuché sur tes peurs, tes désarrois ?

     

    Lorsque t’étreignaient les douleurs

    Tu t’astreignais, dissimulant l’effroi.

    Dès le levant, tu t’affairais sans trêve ;

    Les fleurs jonchaient tes doux moments d’émoi.

    Quant au couchant tu ployais sous le glaive,

    Tes pleurs glissaient sur tes chemins de croix.

     

    Aucun obstacle alentour,

    Aucune pierre méprisable,

    Aucune loi contre l’amour

    Ne te parut  infranchissable ;

     

    Et fièrement à chaque fois

    L’on t’a vu repartir,

    Nantie d’un merveilleux sang-froid,

    Pour encore aguerrir

    Ton âme fortifiée

    Par une foi inébranlable.

     

    D’autres t’ont précédée

    Au pays de l’incontournable.

    La même inconnue toute vêtue de blanc

    Est revenue te chercher sans traîtrise ;

    Les archanges chantaient et précédaient le banc.

    Ca ressemblait aux cortèges d’Eglise !

     

    Abandonnant  ta jolie défensive,

    Sans plus attendre, tu les as suivis,

    Pour rejoindre, là bas, sur l’autre rive,

    Tous nos précieux amours déjà partis.

     

    Interpeller ton nom pour que tu nous dévoiles

    Quelques uns des secrets de cette immensité ;

    Escalader le ciel y compter les étoiles ;

    Gravir le long trajet de la sérénité ;

    Suivre sans réfléchir la trame de la toile ;

    Graver notre mémoire pour l’éternité.

     

     Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

     

    Je vous rappelle que je ne fais que répertorier mes poèmes. n'y voyez pas de désespoir.

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Douleur partagée

    Encore une fois, je regroupe seulement ici mes poèmes sur les décès, et c'est juste un partage. Je ne suis pas déprimée...

    Ce sujet là ne m'effraie pas plus qu'un autre.

    TU RENAÎTRAS

    Là où tu es allé,

    Où tu as respiré,

    Souri, aimé, chanté,

    Ton souvenir est ancré.

    Il nous imprègne ; 

    Si sur terre tout s’évapore,

    Là-haut tu règnes

    Et de nouveau tu vas éclore. 

    Aux printemps, aux regains,

    Viendront  d’autres demains,

    Où fuyant les dédains

    Nous rirons des humains…

    Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

     

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • Le petit ange qui est...

    le petit ange qui est en nous dans les moments difficiles et même celui de la rencontre avec La dame noire.

    -:-:-:-:-

    Je suis  le petit ange 

     

    Au milieu de ton désespoir,

    Je suis tout près de toi,

    A l’intérieur de Toi ;

    Afin que ton cœur, dans le noir,

    Aperçoive une lumière,

    Un rayon, un espoir ;

    Un reflet du miroir

    Perçant dans la bruyère,

    Venu adoucir ton chagrin,

    Te prendre gentiment la main

    Pour que tu guides en chemin

    Cette âme vers son lendemain. 

     

    Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

     

    Le petit ange qui est...

    Aujourd'hui on honore tous les Saints. Qui sont les Saints ? Ceux béatifiés par les Papes ? Ne serait-ce pas plutôt tous ceux qui au long de leur vie nous ont apporté beaucoup de sagesse et de tendresse, et ont du s'en aller sur l'autre rive où ils nous attendent.

    Tout ceux qui l'air de rien, ont fait des choses admirables, aussi petites soient-elles, tout simplement basées sur la générosité, et l'amour partagé ?

    Je vous souhaite une bonne journée, elle a aussi son charme... par certains côtés, bien que souvent le temps soit sombre et triste ces jours là

    Le petit ange qui est...

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • Faut-il vraiment ?

    J’ai vu ton âme s’envoler

    Au ciel, comme de la fumée ;

    Et je reste là, esseulée,

    A scruter la voûte étoilée…

     

    Est-il vrai que tu voies les anges ?

    J’ai envie de crier,

    Pas de susurrer des louanges !

    Faut-il vraiment prier ? 

    Marie-Annick COLNOT (Primerose) poème protégé par copyright

    c'était toujours lors du départ de ma soeur Françoise... D'ailleurs c'est depuis que j'ai fait la rechute du cancer, ce sans gêne qui se plaît en mon corps !

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Fallait pas

    Fallait pas

     

    Fallait pas t'en aller
    Avant d'nous raconter...
    Il restait bien des jours,
    Maintenant, tout m'effraie.
    Y a encor des toujours
    A tracer à la craie.
    Fallait pas nous laisser...
    Y a encor des jamais,
    des mots doux à lancer
    Pour que vienne la PAIX.
    Marie-Annick COLNOT (Primerose) Poème protégé par copyright
     

     

    j'avais écrit ce poème lors du décès de mon frère Gérard. On s'en va toujours beaucoup trop tôt...

    Il y a encore tant de choses à faire ensemble.

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique